Comment éviter les erreurs humaines ?

L’excellence en matière de sécurité et/ou de sûreté est au cœur des préoccupations des entreprises. De nombreuses formations et sensibilisations sont déployées mais les difficultés sur le terrain persistent. Des erreurs, incidents ou accidents surviennent avec souvent à l’origine un intervenant expérimenté.

L’expérience croisée entre les observations dans les industries à risques et les neurosciences apporte des explications et des outils concrets pour convaincre, porter et adapter les bonnes pratiques sur le terrain.

Le cerveau humain a, à l’origine, un potentiel quasi infini de développement. Ce développement se fait en fonction de l’environnement proposé, c’est-à-dire en fonction de l’apprentissage et donc de la mémoire.
Nous percevons donc ce que nous avons appris à percevoir.
Ainsi, la plasticité cérébrale a permis à l’Homme une adaptabilité maximale. Cette adaptabilité ne peut exister que grâce à la mise en place d’automatismes. Mais ces automatismes, bien que vitaux pour l’Espèce Humaine, conduisent parfois à l’erreur. Dans les milieux à risques, il est donc nécessaire de mettre en place des « parades », des « outils »  pour sécuriser les interventions.

Les formations permettent aux participants :

  • de faire le lien entre la réalité du fonctionnement du cerveau humain et la nécessité de la mise en place de pratiques de fiabilisation ou de parades de sécurité.
  • de comprendre la nécessité de la mise en place de ces parades et leur efficacité.
  • de comprendre les freins à la mise en œuvre des parades et connaître les facteurs susceptibles de favoriser leur déploiement.

Ces formations s’adressent à tous, toutes les professions sont concernées :
– Les intervenants dans les milieux à risques : nucléaire, laboratoires pharmaceutiques, aéronautique, électricité, transports, BTP, mécanique, chimie, …
– Les intervenants dans les secteurs tertiaires : fiabilisation des documents élaborés et transmis.